Définition et intérêts des renforçateurs :

Précédemment, nous vous avons suggéré de débuter votre relation par la réalisation de consignes simples, accessibles et compréhensibles. Pour autant ; rien ne vous garantit que vos adaptations (quand bien même ludiques et riches en pédagogie) suffisent à générer un comportement productif et coopératif. Vos propositions d’activités seront sûrement cognitivement coûteuses pour lui et peu satisfaisantes.

Il nous faudra donc créer de manière artificielle cette satisfaction / cet intérêt / ce bénéfice / cette rentabilité d’engagement de sa part.

Nous utiliserons donc les renforçateurs comme salaires de la réussite et des comportements que l’on vise à voir se développer.

L’idée est donc de proposer à l’enfant un échange entre un effort venant de lui (de participation ou de persévérance) et une récompense immédiate (à vous de définir quelle pourrait-t ‘elle être : bonbon ? une musique ? une sortie ? …)

Concernant le choix de vos renforçateurs ; vous devez vous inspirer des goûts et attirances naturelles de votre enfant pour lui proposer quelque chose d’assez motivant pour chercher à l’obtenir ; sans que l’arrêt ou l’interruption ne génère de troubles ou de frustrations.

Personnellement je vise généralement dans les débuts un renforçateur de courte durée tel qu’alimentaire par exemple (un bonbon, quelques chips de banane …) ou sensoriel (une musique ou une image). Au besoin vous pourrez réadapter vos choix de renforçateurs en fonction de ses intérêts et de vos interactions : pensez à vous renouveler, à faire preuve d’inventivité et d’adaptation, et à maintenir une motivation suffisante via vos récompenses.

Je vous présente ici le lien vers une page de site explicatif.

Pour vous inspirer dans votre / vos sélection(s) ; je vous propose ici une catégorisation des renforçateurs :

  • les renforçateurs de type visuels (jeux lumineux / bande annonce / bulles…)
  • les renforçateurs de type auditifs (musique / cloche – triangle – tambours / sifflet / bâton de pluie…)
  • les renforçateurs de type tactiles (balle anti-stress / certaines matières type sable / pâte à modeler…)

Il en existe évidemment une infinité puisque ceux-ci sont à personnaliser, à individualiser en fonction de chacun (quelque chose de très agréable et renforçant pour un peut être une expérience insoutenable pour un autre : par exemple utiliser un sifflet pendant 40sec en tant que renforçateur). Il convient donc de se laisser guider par les sensibilités et attraits de chacun, dans un état d’esprit d’ouverture et de respect (pour peu que la récompense sélectionnée ne présente aucun danger pour l’enfant comme pour l’adulte : on comprendra facilement que l’accès à un briquet par exemple ne constitue pas un bon renforçateur).

La littérature scientifique regorge de détails concernant les apports et bénéfices théoriques de l’utilisation d’une récompense pour valoriser et “rémunérer” son investissement cognitif, ses efforts et sa persévérance : nous allons voir ensemble comment mettre en place les renforçateurs ; salaires de la réussite et récompenses des bons comportements.

Le cadre d’une utilisation accessible des renforçateurs :

renforçateurs
Je vous conseille dans un premier temps d’utiliser des aliments (type bonbon ou autre) pour renforcer le comportement cible

Lors des débuts d’utilisation de ce protocole, n’hésitez pas à être généreux en exagérant les réussites et leurs récompenses.

De même, je vous recommande fortement de toujours combiner vos renforçateurs alimentaires avec des renforçateurs de type valorisations sociales (par exemple : “très bien ! bravo !” ; de francs-sourires et l’expression de votre satisfaction…). Cette routine aura un double intérêt : associer les relations sociales à quelque chose d’agréable et amortir la bascule diminution / fin des renforçateurs alimentaires.

Car progressivement, nous allons viser à rendre l’accès au renforçateur plus difficile (l’objectif est qu’à terme son utilisation disparaisse, ou du moins que l’accès à une récompense soit différée).

Les simples félicitations orales et sa propre satisfaction du travail bien réalisé (ou des comportements utilisés de manière adaptés) doivent devenir suffisamment gratifiants pour prendre le pas sur les récompenses artificielles.

Participez à nous faire connaître